Au jour d"aujourd"hui

lundi 4 février 2008

Se soigner à Hong Kong

Comme je me disais qu'il manquait à ce blog une rubrique santé, je me suis improvisé une petite maladie pour découvrir le milieu médical Hong Kongais.
Une petite maladie qui au final m'aura fait voyager loin loin loin ...


Etape 1 : Trouver une maladie.
Vu qu'il fait 12 degré le coup de froid est vite arrivé (si si c'est vrai !), donc me voila parti avec un petit mal de gorge. Méthode française dans ces cas la prendre 3 strepsils, se couvrir et se reposer et c'est fini.
Donc pour les strepsils c'est partout pareil dans le monde :
  • Supermarchés, on y trouve aspirine antibiotique, préservatif ... toute la médecine de base avec les même marques qu'en France.
  • Pharmacies, attention cependant les pharmaciens de Hong Kong ne sont pas comme leurs confrères Français. C'est à dire qu'ils ne suivent pas un long cursus scolaire se rapprochant de médecine. Ici ils apprennent les bases, et c'est pour cela qu'il ne fournissent que des médicaments sans ordonnance. En gros c'est de l'antibiotique à toutes les sauces. Au passage 2 grands types de pharmacies se distinguent : Celles qui mélanges médecines 'moderne' et 'traditionnelle'
  • Et les grosses usines à ponion ; l'emblème de ce deuxième type est certainement mannings, dont voila une photo prise à LKF (je rappel que c'est le quartier des bars et des discothèques)

Sauvé ! des cigares et de la bière !! Vous avez mes médocs sinon ?


Etape 2 : La montée.
Chose étrange, ma méthode française de récupération ne fonctionne pas aussi bien que je l'avais prévu. Je passe donc à la vitesse supérieure : la clinique de l'université (situé juste à coté du centre sportif). Alors encore une fois attention à ne pas confondre avec l'homonyme francais. La clinique n'est pas un hopital privée, mais un lieu ou l'on regroupe des médecins généraliste. Comment ça se passe ?
On arrive, on se dérige vers un comptoir d'accueil (style un bureau de poste), des assistantes prennent vos coordonnées et votre température (par l'oreille). Une fois ces opérations terminées elles vous raquettent de tout votre précieux argent. 13 DOLLARS (soit 1 euro 20 quand vous êtes étudiant, je pense 20 euros pour une personne non scolarisée), sachant que ce prix couvre la consultation et les médicaments qui vous seront donnés à la sortie.
Car oui, ici on ne vous vend pas les médicaments par boite entière chez le pharmacien, mais directement chez le médecin et en quantité exacte.
Exemple 3 pilules par jour pendant 7 jours, donc 21 comprimés et pas un de plus. C'est pour éviter l'automédication avec le reste des médocs.

Revenons en à la consultation, suite à votre prise de température on vous assigne à un numéro qui correspond à une salle ou se trouve votre Doc'.
Alors ils ont fait dans l'efficacité, top chrono 5 minutes :
écoute des symptômes, test du mal, pas mal, très mal sur ma gorge (résultat : très très mal), quelque blabla habituel et on se retrouve avec une ordonnance longue comme une liste pour le père noël.
On ressort alors on repasse par l'accueil de la poste ou on nous prépare nos drogues. Drogue ? oui parce qu'ici on passe au niveau au dessus niveau efficacité et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est puissant. J'ai donc vécu le rêve de tout junky, je suis resté perché, high, enfin shooté H24 pendant 3 jours.

Marrant ... mouai, enfin il y avait cours entre temps, avec quelques moments mythiques, comme ma période gueulard ou je ne pouvais parlé sans hurlé, et PE à coté qui me regarde d'un air très louche avec des "ta gueule".

Bref c'est drôle d'habiter le pays des rêves mais quand au bout de 4 jours je me réveille en réalisant que je ne pouvais plus boire d'eau car ça ne pouvait plus passé, je prend une bonne peur bleu.

Etape 3 : Le final.

Donc je demande au security guard qu'il m'appel un taxi et qu'il lui indique l'hopital le plus proche (HOSPITAL !! soyez précis sur ce point ou vous retournerez à la case clinique ...)
En 10 minutes je me suis retrouvé au Baptist Hospital (c'est un hopital privée, équivalent des cliniques francaises). Je suis recus au "E.N.T" (ear nose throat center = centre pour oreilles nez gorge), le médecin me demande d'ouvrir la bouche 5 secondes plus tard il me dit que c'est sérieux et qu'il faut que je me fasse hospitaliser.
J'ai donc droit à la totale : rayon X, pour savoir si l'on doit m'opérer (ha oui quand même !), test sanguin pour détecter toute particularité (au passage je n'ai pas le H5N1), prélèvement de muqueuse au fond de la gorge (ça c'est le pied !) pour me faire un traitement sure mesure et enfin endoscopie (passage de tube dans le nez pour voir la gorge ça c'est le 7eme ciel !).

Bon à la fin de tout ça ... j'ai frôlé l'intervention chirurgical, et je me retrouve dans une chambre avec 5 autres collègues chinois. On me remet sous drogue grace à une perfusion et j'entame ainsi mes 5 jours d'hospitalisation.

Après 5 jours :
Je remercie PE de m'avoir prété sa PSP et d'être venue me voir pour parler un peu geek.

Je remercie Juliette pour m'avoir prété de la lecture intellectuelle (Glamour, cosmopolitan et le nouvel Obs avec un supplément sarkozy... au passage message au nouvel Obs : RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!! c'est pas l'intégrité qui t'étouffe !). et merci d'être venu et de m'avoir prété ton panda en peluche.

Je remercie Whitney pour ces congees (sorte de soupe de riz avec du porc ou d'autre légumes).

Je remercie Clot (aussi connu comme étant le parpounet) pour avoir fait du soutient psychologique et de la relation franco-chinoise. GROS MERCI !!

Je remercie les infirmières qui m'ont fait pleins de caresses (elles découvraient pour la première fois qu'un homme pouvait être poilu ;), et pour m'avoir commandé tous mes repas au lieu de me laisser faire (des fans je vous dis).

Je remercie Peter mon voisin de lit, la quarantaine, Hong Kongais de son état ayant passé 20 ans de sa vie au States, pour m'avoir tenu compagnie. Ha oui quand même, vu que j'ai été malchanceux dans cette histoire il fallait bien que Peter soit directeur du bureau international de la baptisit university avec des contactes dans le monde entier, pour que tout se finisse bien.

Petit mot de fin :
Le corps réagi complètement différemment au climat Hong Kongais, je conseille donc de passer dés le début des symptômes dans une clinique (le prix est dérisoire).
Si vous devez passer par la case hôpital et que vous avez une bonne assurance (je suis content de pas avoir pris celle proposé par l'université qui n'aurait pas tout couvert), allez dans un hôpital privée. Je conseil au passage le Baptist hospital ou le service est vraiment bien et les heures de visite bien aménagées (10H - 22H).

4 commentaires:

P-E a dit…

Et le best c'est au beau milieu du cours (théorie des graphes) le petit Antoine sous acides qui se met à hurler en français: "PUTAIN MAIS CE COURS IL EST VRAIMENT TROP INTERESSANT!".
Bah au moins ça aura réveillé les chinois qui dormaient à côté de nous....

Arnaud a dit…

Lol content de voir que tout est rentre a la normale!

C'est con qu il ne te reste pas quelques acides en rab ;-) Lol

DocThor a dit…

En fait on pourrait presque en rire ( j'en ai ri, surtout la phase high life ) mais t'as eu quoi, au final, si c'est pas indiscret ?

goulu a dit…

c'etait une infection de la trache (dsl pas daccent sur le clavier chinois)
Il y avait un terme plus technique mais les medecins chinois et francais partage la meme passion pour l'ecriture mouche.
Donc peux pas savoir precisement ce que c'etait.

Em gros mes ganglions ont enfles pour atteindre la taille de balles de golf (veridique !!)

PS : maintenant moi aussi j'en rigole bien de ce petit moment junky. :)